DEUIL & PARDON

LE PARDON  comme le DEUIL sont des formes d'ACCEPTATION, de lâcher prise:

Il n'est pas utile de démontrer les ravages de la rancoeur ou des regrets et remords, sur le plan émotionnel comme physique, sur celui qui les porte! Cette forme de prise peut devenir obsessionelle, tourner à la croisade, et a pour effet de maintenir la personne dans le passé et la souffrance!

Comprendre que pardonner ou accepter est pour soi, et non une faiblesse, est une première étape de prise de conscience. 

Comprendre que faire le deuil ne signifie pas oublier mais simplement cesser de souffrir est tout aussi important.

 

Le temps suffit rarement à accepter complètement, clôturer un deuil ou pardonner, contrairement à la croyance populaire. La douleur apparente/cosnciente s'attenue, mais le mal-être demeure avec ses conséquences, même plus de 50 ans après! Les symptômes peuvent être conscients (cauchemars, images obsédentes, tristesse, peurs, etc) mais aussi inconscients (mal être, dépression, méfiance, phobies, insomnies, etc).

L'hypnose permet généralement en une seule séance de se libérer de ces douleurs et sentiments qui rongent l'intérieur, dans un processus d'acceptation que ce soit au sujet d'un conflit de personne, une relation affective, un évènement traumatisant, un décès bien sûr, mais aussi la perte d'un emploi, d'une entreprise, d'un bien...etc

 

la culture de la douleur, obstacle inconscient à l'acceptation:

La culture judéo-chrétienne, sans en détenir le monopole, nous a inculqué qu'il fallait souffrir pour obtenir une récompense ou assumer ses actes.

Nous avons appris qu'il fallait même "souffrir pour être belle", "en baver" pour à peu près tout en fait, car cette croyance demeure même de plus en plus déconnectée de son origine culturelle et/ou religieuse.
Si une partie de l'intention initiale était probablement positive, de faire accepter la douleur, elle a pris une dimension largement perverse.

Le même processus existe et se manifeste avec des maux ou maladies diverses qui nourrissent très inconsciemment leur hôte. Si la somatisation est plus ou moins reconnue, le refus de soin est aussi significatif.

Quand on suggère l'hypnose pour se libérer de la douleur du deuil - qui ne signifie pas oublier - la réaction est ainsi mitigée, outre la crainte possible de la méthode, ouvrant une réflexion elle-même coupables, ou alors radicale: oui et tout de suite, ou jamais!

 

UNIQUEMENT SUR RDV : 0690 350 424 

Toute reproduction des présentes et toute diffusion, totale ou partielle, sous quelque forme que ce soit, sont strictement interdites. La copie et la diffusion illicite de contenus protégés par copyright sont des délits sanctionnés par la loi. L’article L335-2 du Code de la propriété intellectuelle sanctionne la contrefaçon d'ouvrages de 3 ans d’emprisonnement et de 300.000 € d’amende.